Une croyance que l’on entend régulièrement est qu’il est impossible de changer sa nature anxieuse. Pour beaucoup de personnes, la tendance à stresser facilement est assimilée à quelque chose d’ancré en nous. Mais est-ce vraiment le cas ?

C’est justement le sujet que nous allons aborder à travers cet article un peu particulier, puisque nous parlerons exceptionnellement de notre propre expérience avec le stress. Comment on le dit souvent, un exemple vaut parfois mieux que de longues explications !

Nous espérons en tout cas que notre évolution pourra vous amener à réfléchir sur l’aspect « immuable » de la prédisposition à l’anxiété !

1. Le parcours de Robin : comment arrêter de stresser en provoquant le changement


Peux-tu nous en dire plus sur les éléments qui avaient tendance à générer du stress chez toi ?

Je me souviens avoir éprouvé très tôt ce stress lié à la prise de parole en public. Depuis mon plus jeune âge, j’ai toujours redouté les moments où je devais m’exprimer devant plusieurs personnes, notamment à l’école. Au fond de moi, je crois que c’était la peur du jugement qui me faisait me sentir aussi mal dans ce genre de situations.

Comme tout le monde, j’avais également tendance à stresser de manière excessive à l’approche d’examens. En particulier pour ceux impliquant une évaluation orale.

Comment as-tu réussi à réduire le stress lié à ces situations ?

Je dirais me transformer physiquement grâce à la musculation m’a énormément aidé à me sentir d’avantage confiant. C’est peut-être un cliché pour certain, mais la vérité est que se sentir mieux dans son corps ne peut qu’aider à développer sa confiance en soi. Mais plus que le simple fait de me développer physiquement, je pense que le processus qui m’a permis d’atteindre ce résultat a été tout aussi important sur mon mental que le résultat en lui-même. J’en étais arrivé à la conclusion que si je pouvais changer mon physique à force de rigueur et d’efforts, je pouvais également changer mon mental.

Prioriser ce qui m’importait réellement dans la vie m’a également beaucoup aidé à réduire mon stress. J’étais par exemple naturellement plus impliqué dans les études que j’avais choisies. Rien à voir avec celles vers lesquelles je m’étais orienté par dépit à la suite du baccalauréat. Il en a résulté que j’étais plus motivé à travailler, et je me suis donc senti automatiquement plus compétent (et donc moins stressé) lors de mes examens.

Le stress a-t-il eu un impact sur toi au niveau professionnel ?

Plutôt, oui ! Avant de devenir coach sportif, j’ai suivi un cursus dans l’informatique qui m’a amené logiquement à un poste de développeur informatique. Ce fut malheureusement une expérience assez déplaisante. Je me suis rendu compte que ce que je faisais ne me plaisait absolument pas.

Au final, j’ai pris conscience que je ne pouvais pas me contenter de subir cette situation. Alors même si cela a été difficile de tout remettre en question, j’ai décidé de changer complètement d’orientation professionnelle.

Qu’est-ce qui t’a aidé à passer à l’action ?

Ce qui m’a aidé à prendre cette décision, c’est d’imaginer ce qui se passerait si je ne changeais rien à ma situation.

Si un changement aussi brutal comportait une certaine incertitude, je savais en revanche ce qu’une absence de changement impliquait à coup sûr : devoir supporter un travail que je déteste, potentiellement jusqu’à la fin de ma vie.

Les formateurs d'optisante.fr
Robin et Geoffrey, fondateurs d’Optisanté

2. Le parcours de Geoffrey : accepter que la tendance à stresser n’est pas immuable


Te considères-tu comme quelqu’un étant stressé de nature ?

A la base, je dirais que non. Mais comme on peut apprendre à gérer son stress, je pense aussi qu’on peut également développer des difficultés à le gérer.

Ainsi, le manque de confiance en moi que j’ai laissé s’installer lors de mon adolescence est rapidement devenu un véritable handicap.

Un changement brutal d’environnement suite à un déménagement m’a en effet poussé à me renfermer sur moi-même. En agissant ainsi, on peut dire que j’ai d’avantage subi ma scolarité plutôt que je ne l’ai réellement suivi. Mes résultats n’étaient pas mauvais, mais ma relation avec les autres était catastrophique.

Le résultat est que je suis devenu quelqu’un d’extrêmement timide. Je me souviens par exemple que je pouvais passer des heures à tourner en rond devant le téléphone tellement j’étais pétrifié à l’idée de téléphoner… pour prendre rendez-vous chez le coiffeur !

Cela a bien changé maintenant ! Comment as-tu fait pour te débarrasser de cette timidité ?

Je pense qu’il est impossible de se débarrasser complètement de sa nature profonde. La timidité et le stress qu’elle génère feront toujours partie de moi. Mais j’ai compris en revanche qu’il était tout à fait possible de changer son comportement en dépit de ses tendances naturelles.

C’est d’ailleurs l’unique chose qui m’a permis d’apprendre à gérer mon stress : la croyance que rien ne m’était impossible à partir du moment où je me donnais les moyens de réussir.

J’ai donc affronté tout ce qui pouvait m’angoisser de manière directe pour me prouver que je pouvais le faire. Cela m’a amené à intégrer un peloton d’intervention au sein de la gendarmerie nationale, à animer des conférences sur la nutrition devant plusieurs centaines de personnes ou encore d’abandonner un emploi stable pour devenir indépendant au niveau professionnel.

Quel a été le déclic qui t’as poussé à effectuer tous ces changements ?

Je crois que cela provient de ma lecture de « Comment se faire des amis », de Dale Carnegie. Ce qui m’a frappé dans ce livre, c’est la façon dont l’auteur considérait les relations humaines. On pourrait résumer sa vision à  « chercher à comprendre les autres plutôt que de les juger sur les apparences ».

C’est cette réflexion qui m’a poussé à me dire : « plutôt que d’accepter que je n’arrive pas à faire comme les autres, peut-être que je pourrais essayer de comprendre comment je pourrais réussir à faire comme les autres ».

L'équipe Optisanté Geoffrey et Robin

Conclusion :


Si beaucoup pensent qu’il impossible de lutter contre sa nature profonde, nous ne sommes pas de cet avis. Bien sûr qu’il sera difficile pour certaines personnes d’apprendre à gérer leur stress, alors que ce sera naturel pour d’autres. Mais cela ne signifie pas que nous ne pouvons pas évoluer pour nous sentir mieux. C’est le message que nous souhaitions vous transmettre à travers nos parcours respectifs.

Nous savons cependant qu’il n’est pas toujours facile d’y parvenir par soi-même. C’est pour cette raison que nous avons créé un programme pour apprendre à gérer son stress en 14 jours.

Cliquez ici pour rejoindre le programme !

Il s’agit d’un programme tourné vers l’action, conçu pour apporter rapidement des résultats concrets, en vous fournissant les outils et les stratégies qu’ils vous risqueraient de manquer si vous agissiez seul. Car nous sommes convaincus que n’importe qui peut réussir à changer.

Pour accéder au programme, c’est juste ici : Vaincre le stress en 14 jours

On espère en tout cas que cet article aura pu vous aider à entrevoir une possibilité de changement. En attendant on vous dit à bientôt, prenez soin de vous et restez acteur de votre santé !


Vous avez trouvez cet article intéressant ?

Cliquez sur une étoile pour l'évaluer!

Note moyenne 5 / 5. Nombre de votes: 2

Aucun vote pour l'instant! Soyez le premier à noter ce post.